Enormes loches qui tombent

BRAVO à Olga, vieille chaudasse aux méga-loches

Mots cles : ,

On peut sincèrement féliciter Olga, une vieille chaudasse aux méga-loches naturelles et super lourdes. D’ailleurs, on ne saurait même pas déterminer quel est le bonnet de sa poitrine. Quelque chose qui approche des H ou I. Même si c’est à la nature que l’on devrait dire Bravo, on encourage Olga à conserver cette anomalie bien vivante. Non contente d’avoir des nichons démesurés, notre vieille est de surcroît une authentique salope qui aime la bite et le sexe. Un peu grassouillette à cause de l’âge, beaucoup trop maquillée, cette femme rousse dont le corps a été marqué par le temps ne fatigue pas. Bien au contraire, depuis qu’elle a passé la barre des 50 ans, Olga est devenue incontrôlable. Notre vieille chaudasse veut du plaisir sexuel à tout prix. Ainsi, elle s’adonne à la masturbation avec des godes pratiquement tous les jours. Lorsqu’elle n’a pas un homme à se mettre dans le lit, elle se branle. On peut d’ailleurs l’observer chez elle, dans son petit peignoir jaune avec tous ces bijoux de lumière en train de titiller son énorme chatte poilue. Tout est quasiment démesuré dans l’anatomie d’Olga. Les seins, les fesses, la chair généreuse et son trou vaginal dont la fente est très longue.

Des après-midis entiers de masturbation juste pour jouir

Dans son petit appartement de la banlieue de Dunkerque, à la décoration désuète et aux murs décrépits, Olga s’adonne à sa passion principale : Se branler, toujours se branler et se faire jouir pendant des après-midis entiers. Sur son vieux canapé mal rembourré, notre vieille rousse va s’affaler comme une grosse baleine, lever la jambe et commencer à caresser son sésame. Pendant des heures et des heures, Olga va essayer de trouver son point G. Pendant des années, cette célibataire endurcie avait du mal à jouir. Elle ne connaissait pas ces zones érogènes. Ce n’est que récemment qu’elle a appris avec la masturbation comment se donner du plaisir. Les hommes pouvaient défiler dans sa chatte, la défoncer pendant toute une nuit et jamais elle me prenait son pied. Chaudasse certes, mais jamais rassasiée. Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, notre vieille dondon a persévéré. Olga étant de nature optimiste et positive, elle ne se décourage jamais. La frustration, ça n’est en effet pas pour elle. Elle a donc fini par apprendre à connaître son trou poilu et comment le faire fonctionner de manière extatique. La mécanique étant un peu rouillé, ça prend du temps mais Olga est patiente.

Par contre, ses énormes loches sont très peu sensibles aux caresses. C’est la raison pour laquelle elle se concentre uniquement sur son vagin au cours de ces séances de plaisir solitaire. D’ailleurs, elle prévient le peu d’hommes qui défilent dans son lit que ce n’est pas la peine de lui sucer les mamelons en pensant que cela va déclencher la moindre réaction de plaisir. S’ils font preuve d’intelligence, ils se baladeront plus bas. De toute façon, notre vieille chaudasse aux mamelles larges n’attend que ça. Peut-être qu’elle devrait se classer dans la catégorie des rencontres. Non, pas besoin puisqu’Olga a son carnet d’adresses. Par conséquent, venez à Dunkerque, vous la croiserez surement dans un bar en train de siroter un verre. Elle n’attend qu’une chose. Que vous veniez discuter avec elle, la draguer et la mettre dans votre lit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *